Author bio

Author Image

Fouad Laroui - book author

Fouad Laroui est né au Maroc, mais il vit en Europe depuis l'âge de vingt ans. Il a fait ses études supérieures en France. Installé aujourd'hui à Amsterdam, il y enseigne l'économie et les sciences de l'environnement.

(Fouad Laroui's radio show) http://www.medi1.com/redaction/points...

Il a reçu en 2013 le prix Goncourt de la nouvelle pour "L’Étrange Affaire du pantalon de Dassoukine"

Fouad Laroui is the author of books: Une année chez les Français, The Curious Case of Dassoukine’s Trousers, Méfiez Vous Des Parachutistes, Les tribulations du dernier Sijilmassi, Ce vain combat que tu livres au monde, Les Dents Du Topographe, La vieille femme du Riad, Tu n'as rien compris à Hassan II, L'Insoumise de la Porte de Flandre, La femme la plus riche du Yorkshire

Author Signature

Author Books

#
Title
Description
01
C'est en 1970 que le ciel tombe sur la tête de Medhi Khatib. Ébloui par l'intelligence et la boulimie de lecture de son jeune élève, son instituteur s'est battu comme un lion pour lui obtenir une bourse d'interne dans le prestigieux lycée Lyautey de Casablanca, réservé aux enfants des hauts fonctionnaires français et des familles les plus influentes du régime marocain. Medhi a passé ses dix premières années au pied de l'Atlas. Pauvre, libre, heureux, choyé par une mère imprégnée de culture ancestrale et par un père qui rêve pour son pays d'un avenir démocratique et moderne, il n'envisageait rien d'autre que de continuer à jouir de l'existence et de se repaître de ces livres merveilleux dont l'abreuvait son instituteur. Du jour ou l'un de ses oncles l'abandonne à l'entrée du lycée Lyautey, en lui fourrant dans les bras une paire de dindons qu'il est censé offrir au responsable de l'établissement, la vie de Medhi change de dimension.
Les jours passent, des individus mystérieux bouleversent son existence, des situations étonnantes se succèdent et Medhi doit se rendre à l'évidence : il ne comprend rien ! Ni la vie qu'il a menée dans sa famille, ni les mots qu'il a appris dans tous ces livres qu'il adore ne sont en mesure de l'aider. Pourtant, il s'accroche. Et, au bout de quelques semaines, au moment ou il commence à s'habituer à cet univers, une nouvelle épreuve lui est infligée. Il est l'unique interne du lycée qui ne rentre pas chez lui le week-end et le directeur, refusant de mobiliser trois personnes pour un seul élève pendant les vacances de la Toussaint, lui demande tout à trac quel est son meilleur ami. Medhi, au hasard, donne le nom d'un camarade qu'il connaît à peine. Le père de ce garçon, touché par la situation de Medhi, accepte de le prendre chez lui pendant les week-ends. Peut-être espère-t-il changer les idées de sa femme qui ne se remet pas de la perte d'un de leurs deux fils.
Avec cet humour corrosif qu'on lui connaît, Fouad Laroui raconte le terrible choc culturel que représente pour ce modeste petit Marocain la découverte du mode de vie des Français : ces gens invraisemblables qui vivent dans un luxe inouï, qui mangent des choses dégoûtantes, qui parlent sans la moindre pudeur des sujets les plus sacrilèges et lui manifestent une tendresse et un intérêt qu'il ne comprend absolument pas. Le jour viendra ou l'enfant devra choisir entre le paradis qu'on lui promet et sa famille d'origine.
02
This long-awaited English-language debut from Morocco's most prominent contemporary writer won the Prix Gouncourt de Nouvelles, France's most prestigious literary award, for best story collection. Laroui uses surrealism, laugh-out-loud humor, and profound compassion across a variety of literary styles to highlight the absurdity of the human condition, exploring the realities of life in a world where everything is foreign.

Fouad Laroui has published over twenty novels and collections of short stories, poetry, and essays. Laroui teaches econometrics and environmental science at the University of Amsterdam, and lives between Amsterdam, Paris, and Casablanca.
03
Marchant dans une rue de Casablanca, l'ingénieur Machin reçoit sur la tête un parachutiste botté, casqué et moustachu. Emu par le désarroi du militaire, il croit bon de l'accueillir dans son appartement pour lui permettre de retrouver ses esprits. Il comprend vite son erreur quand son hôte s'installe à demeure et introduit, dans l'intimité douillette de son célibat, des amis, des cousins, des neveux et même la femme que tous ces gens lui destinent. Dans ce roman picaresque où fourmillent les personnages singuliers et désopilants, Fouad Laroui trace un portrait cinglant d'une société figée dans l'archaïsme tout en témoignant, une nouvelle fois, de son attachement profond au peuple marocain.
04
Un ingénieur marocain décide du jour au lendemain de rompre avec son mode de vie occidentalisé.
Une tentative de retour aux sources semée d'embûches et à l'issue plus qu'incertaine...

Adam Sijilmassi revenait d'Asie ou il avait négocié brillamment la vente de produits chimiques marocains. Alors qu'il survolait la mer d'Andaman, il se posa soudain une question dérangeante : « Que fais-je ici ? » Pourquoi était-il transporté dans les airs, à des vitesses hallucinantes, alors que son père et son grand-père, qui avaient passé leur vie dans les plaines des Doukkala, n'avaient jamais dépassé la vitesse d'un cheval au galop ? Ce fut une illumination. Il décida de renoncer à cette vie qui ne lui ressemblait pas, se résolut à ne plus jamais mettre les pieds dans un avion et à changer totalement de mode de vie. Funeste décision !
Arrivé à l'aéroport de Casablanca, il entreprit de rejoindre la ville à pied, ce qui lui valut de rentrer chez lui encadré par deux gendarmes. Dès que sa femme comprit ce qu'il voulait faire, elle retourna vivre chez sa mère, en emportant le chat. À peine avait-il donné sa démission que son employeur le mettait à la porte de son appartement de fonction. Qu'importe, il ne céderait pas. Il se débarrasserait de cette défroque d'ingénieur, nourri au lait du lycée français de Casablanca. Il viderait sa tête de tout ce fatras de fragments de littérature française qui lui compliquait la vie. Il redeviendrait le Marocain authentique qu'il n'aurait jamais dû cesser d'être. Il partit (à pied...) vers son village natal. Fatale décision ! Certes, il redécouvrit la bibliothèque de son grand-père et dévora la littérature et la philosophie qu'avaient produites quelques génies au temps béni de l'Andalousie arabe. Mais, dans son village, personne ne comprenait pourquoi un ingénieur de Casablanca venait s'enfermer dans la maison délabrée de sa famille. Était-il un fou ? Ou un perturbateur ? Un prophète ? Fallait-il l'abattre ou le vénérer ?
Dans son style inimitable, Fouad Laroui nous entraîne à la suite de son héros dans une aventure échevelée et picaresque ou se dessine en arrière-plan une des grandes interrogations de notre temps : qui saura détruire le mur que des forces obscures sont en train d'ériger entre l'Orient et l'Occident ?
08
Non, ce n'était pas un burnous. Non, ce n'était pas un caftan. Non, ce n'était pas une djellaba. Non, ce n'était pas une culotte de zouave. Non, ce n'était pas un tchador (nippe de femme). Non, ce n'était pas une abaya (guenille saoudienne). Non, ce n'était pas un truc de Touareg. Non, ce n'était pas un burnous (déjà dit). Non, ce n'était pas un kabbot' de goumier (portaient capote, les goumiers ? ). Non, ce n'était pas tout ça. Puisqu'on vous dit que c'était un costume.